Pourquoi votre boss doit-il être présent sur les réseaux sociaux ?

Pourquoi votre boss doit-il être présent sur les réseaux sociaux ?

Aujourd’hui, les salariés sont devenus de véritables ambassadeurs sur les réseaux sociaux. Pour porter une communication crédible et efficace, les collaborateurs, et notamment les dirigeants[1], sont des porte-voix essentiels qui vont de pair avec la communication institutionnelle classique.

Sur les réseaux sociaux, les salariés ont une cote de confiance et un pouvoir de prescription puissants, souvent mieux perçus que le compte officiel de leur entreprise car plus spontanés, moins rigides. Les dirigeants, eux, sont de fait les porte-paroles « officiels » de leur organisation dans la sphère publique. Dès lors, pourquoi ne pas prolonger et accroître la visibilité de l’entreprise à travers eux grâce aux réseaux sociaux ?

 

Diriger, c’est incarner et porter les valeurs de son entreprise

Du point de vue de la communication interne, le dirigeant incarne pour les salariés une grande partie de l’information liée à l’entreprise. Permettre aux collaborateurs de s’exprimer et échanger avec eux sur les réseaux sociaux est une marque de confiance importante. Les réseaux sociaux peuvent alors s’avérer un levier de fidélisation interne efficace en permettant aux salariés de se sentir concernés.

Sur le plan externe, pour l’opinion publique (prospects), les clients, les partenaires et l’écosystème financier (actionnaires), le directeur est le porte-parole de l’entreprise. La communication du dirigeant sur l’organisation qu’il dirige, en son nom propre, permet de générer confiance et capital sympathie auprès des différentes parties prenantes.

Pousser les dirigeants sur les réseaux sociaux est également un bon moyen d’améliorer la notoriété d’une entreprise : en effet, le CEO, mais aussi le CFO, les directeurs de branche, les directeurs de communication, etc., sont souvent les personnes les mieux identifiées à l’extérieur et participent à des conférences, salons, inaugurations, etc. Ce sont autant d’ambassadeurs de qualité pour relayer les informations capitales sur l’entreprise et valoriser ses orientations stratégiques.

 

Accompagner, créer et valoriser son profil de dirigeant sur les réseaux sociaux

Alors oui, un temps d’acculturation sera nécessaire pour que votre dirigeant se familiarise aux usages, aux codes et aux pratiques des réseaux sociaux. Pour autant, chacun doit pouvoir trouver sa voix, sa personnalité, tout en restant en cohérence avec le positionnement corporate de son entreprise. 

Les dirigeants doivent être formés et accompagnés ! On constate une prédilection prononcée pour Twitter et LinkedIn, qui sont vraiment les réseaux sociaux destinés aux « professionnels » ou orientés en ce sens. Mais l’importance d’une bonne e-réputation sur Google et sur son profil Facebook ne doivent pas être négligés.

Pour cela, vous pouvez faire appel à des compétences en interne ou bien passer par une agence qui pourra vous accompagner sur du conseil, de l’expertise et de la formation.

 

Faire attention à ce qu’il tweet, like, partage

Les moindres faits et gestes de vos dirigeants sont épiés dans la vraie vie mais aussi sur les réseaux sociaux. Il faut donc les informer et leur faire prendre conscience que leurs propos sont viraux. Toute publication sur LinkedIn ou Twitter peut avoir des effets boules de neiges positifs (buzz) mais aussi négatifs (bad buzz). C’est d’ailleurs l’une des principales réticences des dirigeants avant de se lancer sur les réseaux sociaux : le manque de temps et la peur du bad buzz sont souvent invoquées (notamment dans le cas des entreprises cotées en bourse).

 

Partager du contenu régulièrement…et converser !

Seulement 38 % des dirigeants du public et du privé ont publié quelque chose en ligne sur la dernière année écoulée[2]. Partager des contenus permet au responsable d’humaniser la conversation, trouver une forme de transparence et d’accessibilité, établir des contacts et gagner en notoriété.

Si le n°1 de votre entreprise n’incarne pas le mouvement, ne montre pas l’exemple, comment espérer que les collaborateurs deviennent eux-mêmes des ambassadeurs ?

Par exemple, le PDG de L’Oréal possède un profil LinkedIn bien renseigné qui résume les temps forts de sa carrière au sein du groupe. En revanche, il comptabilise 0 connexion avec d’autres membres, ni aucun partage ou publication sur le réseau. Un élément réputationnel qui semble aller à l’encontre de la volonté de la marque L’Oréal qui se veut à la pointe de la transformation digitale. 

 

S’inspirer des meilleurs dans le domaine

Le DG France de Twitter a lancé le cercle #CEOsQuiTweetent qui rassemble plus de 140 grands dirigeants français issus de tous secteurs. Il n’est dorénavant pas rare de croiser sur Twitter des cadors dirigeants comme Stéphane Richard (PDG d’Orange), Xavier Niel (patron d’Iliad), Isabelle Kocher (Dirigeante d’Engie), Patrick Pouyanné (n°1 de Total), Patrice Caine (CEO de Thales), Frédéric Oudéa (DG de Société Générale) ou encore Gilles Pélisson (patron du groupe TF1).

Certains dirigeants gèrent eux même leurs comptes sur les réseaux sociaux, d’autres sont accompagnés d’une équipe de communicants pour relayer les contenus de leur entreprise.

Diriger, c’est incarner et porter les valeurs de son entreprise, et les réseaux sociaux sont un espace supplémentaire pour les valoriser. Accompagner les dirigeants dans cette démarche afin qu’ils s’approprient ces médias et appuient la communication de leur organisation, en faire des ambassadeurs incontournables de la marque : cela devient indispensable ! Cependant, pour éviter certains écueils, il est parfois nécessaire de se faire accompagner par des professionnels du sujet !

[1] Pour des raisons de confort de lecture, nous avons fait le choix du masculin. Bien entendu, les dirigeantes sont aussi concernées, de plus en plus, et nous en sommes ravis !

[2] Source